Concours poésie 2006-2007

La licorne (1er prix Les Acacias)

 

Elle était perchée sur sa planète

Où sa robe de lumière

Enrobait la terre.

 

Ses yeux de diamant

Et sa crinière au vent

Donnaient à la vie

Ce destin inouï.

 

A l’aube du plus grand des matins

La Licorne d’argent

Se penchait en chantant

« La chanson des grands matins ».

 

Gwénaëlle Lechevalier 4°C

 

Ange-gardien

 

Tu veilles sur moi depuis toujours,

Avec chaleur et amour,

Tu construis mon bonheur,

Sur la vie et non sur les pleurs.

 

Une larme versée,

Suffit à t’appeler.

Les mots que tu me dis,

Me rappellent à la vie.

 

Quand j’ai peur de disparaître,

Tu me dis qu’on peut renaître,

Que la lueur de la vie peut se rallumer,

Avec un peu de volonté.

 

Mon cœur retrouve la paix,

Que depuis toujours il cherchait.

Tu es arrivé à tes fins,

Mon ange-gardien.

 

Mathilde Henry 5°C

 

Mon animal à moi

 

Tu as la beauté d’une jeune lionne

Et la gueule qui ronronne.

 

Ta vitesse atteint celle du guépard

Comme la voiture « la jaguar ».

 

Tu as la souplesse d’une panthère

Comme un chat qui se jette par terre.

 

Et le sifflement du serpent

Par une journée de beau temps.

 

Et la mémoire d’un éléphant

Comme le disaient mes parents.

 

Et ces taches sur ton corps

D’une couleur pétale d’or.

 

Ce n’est qu’une poésie

Disaient mes amis.

 

Mais qui est cette bête

A en tomber par terre.

 

Devinez c’est magique

C’est mon animal romantique

 

Inventif peut-être

Mais j’en ai plein la tête.

 

Dylan Duchemin 6°B

 

Mon animal imaginaire de la savane

 

    Tu as la beauté d’une jeune lionne,

Quand tu ronronnes.

Tu es aussi agile que le léopard,

Comme si l’on voit un chat qui part,

Et ta vitesse qui atteint celle du guépard,

Comme un aigle volant dans le noir.

Tu es aussi féroce qu’un rhinocéros,

Lorsqu’un animal inconnu mange ton os.

Et comme le disait ma mémé,

Tu as beaucoup d’autres qualités

Que je te conseille d’utiliser.

Mais saurais-tu t’en servir,

Contre un éléphant sans sourire ?

 

Jason Duchemin 4°D

 

Ton amour

 

Comme un rose fraîche du matin,

Ton amour me guide dans les cieux,

Cela prouve que je suis amoureux,

De ton cœur et de tes yeux,

Comme l’écume d’une vague,

Nos cœurs s’unissent et chantent,

Et ton sourire m’enchante,

D’un bonheur infini

Comme si tu faisais partie de moi

Et je ressens tout comme toi

Les mêmes sentiments

Et je ne peux pas t’expliquer comment

Bon voilà tout simplement

Tu es mon amour

Que j’aimerai toujours.

 

John De Prigent 6°B

 

L’enfant

 

Qu’est-ce qu’un enfant ? Beaucoup de personnes dans le monde ne savent pas ce qu’est un enfant, alors voici un petit poème :

 

            Un enfant est un être vivant,

            même si certains ne le savent pas souvent.

            Un enfant a besoin d’amour,

            que des parents ne donnent pas toujours.

            Un enfant a besoin d’affection,

            mais des personnes n’y font pas attention.

            Un enfant a besoin de ses parents,

            que beaucoup n’ont pas !

 

Dans le monde, beaucoup d’enfants travaillent très jeunes, les parents se servent d’eux comme des esclaves, d’autres sont abandonnés dans les rues à leur naissance et meurent de faim, certains vivent avec leurs parents mais se font battre et y meurent de martyre, et enfin, il y en a d’autres qui sont dans des foyers mais qui sont tristes car ils n’ont pas l’amour de leurs parents génétiques ou de parents adoptifs.

Donner de l’amour à un enfant est important !

 

Estelle Gageot 3°D

 

Je vous le jure

 

Oui je vous le jure

Je réaliserai mon rêve un jour

J’avancerai dans ma carrière

Sans regarder en arrière

 

Je jouerai de la musique

Rien que pour ça je veux me battre

Faire une tournée sans être bornée

J’apprendrai mes textes par cœur.

 

Pour jouer avec les plus grands chanteurs

Aux Music Awards je monterai les marches

En laissant mes empreintes cachées

Oui je vous le jure.

 

Je réaliserai mon rêve un jour

Peu importe le prix à payer.

Peu importent les étapes à passer

Je veux me montrer plus forte

 

Que les jugements que l’on me porte…

 

Amandine Chapon 3°A

 

Le Français et moi

 

Je n’aime pas trop le français,

Il suffit de voir mes notes,

Je fais ce poème juste pour rire,

C’est un pari que j’ai fait avec une pote,

Je lui ai dit que moi et le français ça fait deux,

Elle m’a répondu que c’était pas grave,

Et qu’il faut juste parler avec son cœur

Après, ça vient tout seul,

Ça s’appelle IDÉE.

Tout le monde peut en avoir

Même le moins intelligent,

Ou le plus nul en français,

Premièrement, j’espère que j’ai pas fait trop de fautes d’orthographe,

Deuxièmement, j’espère que ce poème vous a plu.

 

Mégane Ropert 3°B

 

C’est de tes yeux

que furent créés les cieux

Tu ne t’en souviens plus

moi non plus

Bien que les légendes racontées nous laissent tomber

sur nos pieds

Mais les dieux

jaloux de nos vœux

ne purent conclure un accord

face à la mort

dans un corps à corps

Dès lors

Tu es parti

bien loin d’ici

Bien qu’en partant

te battant

Tu m’aies laissé en souvenir

le meilleur et le pire.

Tu me manqueras mon combattant

du printemps.

 

Amandine Laignel 5°B

 

Mon cœur pleure

 

Tu es parti toi mon papi tant chéri

Toi mon confident on se disait tout sans

            Aucun secret

Au bruit doux de la pluie par terre  et

            Sur les toits !

Tu m’as quittée, mais on se retrouvera !

Mon cœur est triste, mais je ne peux être

            Egoïste

Il pleure sans raison car j’ai cru à une

trahison !

Tu es parti, Dieu l’a choisi mais mon cœur

            A tant de peine et c’est

Pour cela qu’il pleure et que je ressens

cette douleur et cette Haine

 

Cécilia De Carvalho 5°B

 

Mort de Pharaon

 

Dans l’ombre des lys,

Une barque glisse,

Effleurant les lotus

Et les papyrus.

Elle file,

Le long du Nil.

Une chose terrible est arrivée :

Pharaon bien aimé

Est mort assassiné,

Malgré les grandes armées.

Mais la barque le conduisant

L’emmène tout doucement

Vers l’au-delà,

Où il sera jugé,

Par Osiris et Amon-Râ,

Et où il reposera en paix.

 

Mathilde Belsoeur 5°B

 

La première fois que je t’ai rencontré

Là je me suis directement égarée

Là mon cœur est vite tombé dans le tien

Et là toi tu es vite tombé dans le mien

Je suis tombée dans un océan d’incertitudes

Mes pensées dans le brouillard total

Totalement désordonnée

J’aimerais donner une pensée pour les handicapés

Une pensée pour les sans-abris

Et une pensée pour tout le monde

J’aime la vie

J’aime les gens

Mais je n’aime pas la maladie

 

Angélina Leroux 3°A

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site